Financement participatif : éduquer et former

Financer en partie les études des enfants de sociétaires : c’est notre nouveau défi… Vous le savez, les sociétaires MAIF forment une communauté qui partage des valeurs fortes : la solidarité, l’attention, l’éducation. Cette force du collectif, nous avons eu pour idée de la libérer, en construisant une plateforme de financement participatif et solidaire.

 
art-etudiants

Concrètement, la plateforme sera accessible à vous tous, sociétaires MAIF. Votre enfant pourra y déposer son projet d’études pour obtenir une contribution financière : un prêt sans intérêt ou bien un don. Il pourra y solliciter la communauté MAIF mais aussi son réseau. Devenir ingénieur, infirmier, professeur ou musicien… tous les rêves sont permis. La seule contrainte : être motivé et sérieux, avoir envie de partager et d’échanger. Et être prêt à s’investir dans une action solidaire avec une association, en contrepartie d’un don.

Vous-même, vous avez envie de soutenir les jeunes générations ? Vous croyez en l’éducation et la formation ? Vous avez envie de donner du sens à votre épargne ? Alors pourquoi ne pas aussi contribuer à un projet d’études…

La MAIF accompagnera les futurs étudiants, pour que leur premier rapport avec un prêt (non rémunéré) ou un don soit un succès. En apportant un réel soutien pédagogique dans un projet financier responsabilisant. En les guidant, pour bien mener leur campagne et activer leur réseau. Et aussi en animant toute cette communauté solidaire. Pour que leurs rêves deviennent réalité.

 
Et vous, qu’en pensez-vous ? Aimeriez-vous contribuer ? Ou bien vos enfants seraient-ils demandeurs ?

65  Commentaires

  • Bonjour
    L’équipe de ce projet tient à remercier chacun d’entre vous pour l’expression de vos avis et suggestions, ainsi que vous tous qui avez répondu au questionnaire. Vos points de vues, ceux de nos sociétaires parmi les plus fidèles, comptent beaucoup pour nous.
    Ce partage va alimenter nos réflexions pour la construction de la plateforme que vous pourrez retrouver cet automne sur MAIF Social Club.
    Sentiments mutualistes.

    Christophe Responsable de projet / 13 juin 2017 - 15h37

  • C’est une très bonne idée. Il faudrait aussi mettre en avant le soutien du réseau des sociétaires dans la recherche de stages et de maîtres d’apprentissage car c’est une vraie difficulté pour les jeunes de trouver stages et contrats d’apprentissage.

    Catherine PETITDIDIER / 10 juin 2017 - 10h12

    • Avatar

      Bonjour et merci pour votre proposition de mise en relation entre sociétaires et étudiants.
      Comptez sur moi pour transmettre cette idée qui favoriserait la recherche de stages ou contrats d’apprentissage, voire même de contrats de professionnalisation !
      Au plaisir de vous lire sur le blog.

      Aude animatrice du blog / 13 juin 2017 - 14h40

    • La Maif et les stages pour étudiants en assurances, enfants de vieux sociétaires, à revoir ! (cas de Parnasse Maif).

      Francis Valade / 10 juin 2017 - 10h46

    • Avatar

      Bonjour,
      Souhaitez-vous échanger en privé sur une situation particulière ? Je suis à votre écoute si vous le souhaitez !
      Très bonne journée

      Aude animatrice du blog / 13 juin 2017 - 14h41

  • très bonne initiative,trop de jeunes restent au bord de la route et ne peuvent entamer des études faute d’argent de leur parents, les grand’parents sociétaires pourront ils faire bénéficier de cette procédure pour leurs petits enfants ?

    HEIM / 9 juin 2017 - 21h23

    • Avatar

      Bonjour
      La communauté MAIF pourra être sollicitée pour le financement uniquement des projets des enfants de sociétaires ou des sociétaires étudiants.
      Bonne journée

      Christophe Responsable de projet / 12 juin 2017 - 13h03

  • Excellente idée, toutefois je m’interroge sur les engagements MAIF pour les enfants de sociétaires et plus généralement pour tous les étudiants. Il serait souhaitable que les étudiants en assurances, enfants de sociétaires, puissent trouver un stage à la Maif, hors ce n’est pas le cas. De fait sociétaire depuis plus de 40 ans, j’ai désormais un regard moins positif sur ma mutuelle.

    Francis Valade / 9 juin 2017 - 18h36

    • Avatar

      Bonjour,

      La MAIF propose des postes sous forme de stage, de contrat d’alternance, de professionnalisation, de contrat de génération.
      Les offres de postes sont ouvertes à tous et dans un souci d’égalité des chances nous ne privilégions pas les candidatures des enfants de sociétaires (tout comme celles des enfants de salariés).
      Par ailleurs, nous nous engageons depuis 2015 dans le dispositif Nos Quartiers ont du Talent, qui concoure à l’égalité des chances via l’insertion professionnelle des jeunes.

      Très bonne journée,

      Aude animatrice du blog / 16 juin 2017 - 12h43

  • Cette idée m’enthousiasme. Elle me donne de l’espoir concernant un Avenir plus humain. J’ai grandi avec très peu de moyens et j’ai financé mes études en cumulant les petits boulots qui auraient pu mettre en péril mes objectifs. Je suis donc très bien placée pour dire que l’accès aux études n’est pas possible pour tous. Notre jeunesse, l’Education, l’Accès au Savoir doivent être la priorité de notre Société.
    Je vous remercie de fédérer cet esprit de solidarité qui sur le plan humain peut aussi encourager certains à aller jusqu’au bout de leurs rêves.
    J’imagine que chacun ou chacune pourrait participer même symboliquement mais que le nombre ferait la force…Je suis donc prête à participer.

    Eve / 9 juin 2017 - 18h14

  • Aider des jeunes a financer leurs études est une très bonne idée. Je pense que mon enfant sera un jour intéressé. Nous serions prêts à aider un jeune de cette manière dans quelque temps, si nos finances nous le permettent (ce qui n’est pas le cas, malheureusement pour le moment) ; mais nous retenons cette idée vraiment solidaire. Salutations mutualistes

    louchrystin / 8 juin 2017 - 18h26

  • excellente idée
    l ‘état le fait en partie et nous aussi
    je vais participer financierement
    j etudie une possibilité et un montant

    salutation mutualistes encore bravo

    lespaux / 8 juin 2017 - 11h39

  • L’idée est intéressante.
    En effet, quand on gagne trop pour la bourse mais pas assez pour supporter le prix de deux loyers et tout ce qui va avec, on limite les choix d’étude des enfants.
    Trouver un système solidaire pour pallier cette inégalité devrait en effet être du ressort d’un gouvernement démocratique…
    L’idée d’un « salaire » étudiant » ,contre une aide scolaire auprès des plus jeunes , pourquoi pas, est une autre piste…

    KAÏ / 8 juin 2017 - 04h21

  • idée intéressante mais qui fait apparaitre une fois de plus un désengagement de notre systèmes pour nos jeunes. se pose effectivement la question quels seront les bénéficiaires ? pour ceux qui n’ont pas de projets par ex.
    cordialement

    joce / 7 juin 2017 - 20h32

    • Avatar

      Bonjour, notre plateforme s’adressera bien aux enfants de sociétaires qui exposeront un projet concret en vue de recueil de contributions financières sous forme de dons – en contrepartie d’une action solidaire auprès d’une association – ou de prêts à taux 0%.
      Bonne journée

      Christophe Responsable de projet / 8 juin 2017 - 10h37

  • Pourquoi pas ?!!! Cependant je reste prudente quant aux critères d’attribution des aides. Je ne suis pas pour une systématisation mais sur étude de dossier et besoins …. La solidarité oui, mais pas d’assistanat !….
    Cordialement !

    Irno / 7 juin 2017 - 15h34

  • Bravo à la MAIF pour cette intéressante initiative à la fois solidaire et porteuse de belles vertus éducatives : notre avenir, c’est nos jeunes !

    Je sais que c’est très difficile, mais sur la mise en œuvre concrète, il serait peut-être utile de voir si des mécanismes sont envisageables pour essayer de privilégier un peu les dossiers des jeunes dont l’environnement social ou familial est peut-être un peu moins favorable que d’autres (revenus/patrimoine de la famille, nombre d’enfants dans la fratrie/le foyer, etc.).

    Olivier / 7 juin 2017 - 13h48

  • très bonne initiative !

    Dom / 7 juin 2017 - 08h59

  • Nous ne sommes, pour l’instant, pas aux États Unis.
    Les enfants de sociétaires ne bénéficient-ils pas deja d’une fameuse chance…?

    Cesar / 7 juin 2017 - 08h55

  • initiative de solidarité et de civisme; information à diffuser pour les donneurs et les receveurs.

    savineau / 7 juin 2017 - 08h42

  • Je ne suis pas vraiment favorable à ce type de projets.
    J’ai d’autres contributions prioritaires aujourd’hui notamment pour aider des asso MAIF (ULULE). La majorité des enfants de nos sociétaires sont plutôt dans une situation financière favorable (il me semble). Certains autres sujets sont à mes yeux prioritaires.

    Ced / 7 juin 2017 - 08h34

  • Mon commentaire est dans ‘pourquoi’

    Fritzi / 7 juin 2017 - 04h54

  • C’est une excellente idée
    Je suis POUR

    Ouali / 7 juin 2017 - 03h55

  • Ce type de don pourrait-il être déductible des impôts?
    Cela permettrait d’amplifier les moyens mis à la disposition de ces étudiants.
    Évidemment, il faudrait définir avec l’Administration un cadre légal bien défini pour ce faire…

    jcdumo / 6 juin 2017 - 23h09

    • Ce type de don pourrait-il être déductible des impôts?
      Cela permettrait d’amplifier les moyens mis à la disposition de ces étudiants.
      Évidemment, il faudrait définir avec l’Administration un cadre légal bien défini pour ce faire…

      MAIF : Christophe, responsable de projet / 7 juin 2017 – 10h15
      Bonjour, les dons n’entreront pas dans le champ de la déductibilité fiscale actuelle.
      Bonne journée.

      Bien sur, c’est pourquoi il faudrait définir avec l’Administration un cadre légal spécifique, à voir avec nos élus pour présenter un projet de loi…

      jcdumo / 7 juin 2017 - 10h59

    • Avatar

      Bonjour, les dons n’entreront pas dans le champ de la déductibilité fiscale actuelle.
      Bonne journée.

      Christophe Responsable de projet / 7 juin 2017 - 10h15

  • Après avoir enterré mes deux parents morts trop tot , m’investir dans un projet solidaire et qui investit sur l’avenir le futur en pariant sur l’homme sur une jeunesse qui ne demande qu’à avoir des moyens financiers pour réaliser leurs rêves qui seront notre demain.
    N’opposons pas jeunesse et vieillesse pour les solidarités faisons des solidarités plurielles notre Sodilarité de militantS et sociétaires MAIF

    Gravé / 6 juin 2017 - 22h25

  • je suis déjà investie dans des associations telles Espérance Banlieues mais je trouve votre engagement solidaire pour la formation des jeunes intéressant et suis prête à étudier comment vous aider même modestement, selon.

    odette / 6 juin 2017 - 22h23

  • Je ne participerai pas dans l’immédiat car à l’autre bout de la chaine, il y a nos parents agés – voire très agés- qui doivent être soutenus financièrement pour vivre décemment au quotidien…
    Dans le même esprit de solidarité, pourrait-on imaginer un prêt solidaire pour personnes agées?… et pas aux taux exorbitants des emprunts viagers hypothécaires tels que le pratique par exemple le Crédit Foncier?
    Qu’en pensez-vous?
    Cordialement,
    Annie C.

    Annie C / 6 juin 2017 - 20h29

    • Avatar

      Bonjour, merci pour votre suggestion.
      Bonne journée

      Christophe Responsable de projet / 7 juin 2017 - 10h10

  • Voir mon commentaire ci dessus. Merci.

    delage / 6 juin 2017 - 19h11

  • Votre initiative me paraît correspondre aux valeurs que nous partageons au sein de cette mutuelle : solidarité, soutien, partage.
    Ma question est de savoir si elle peut concerner un projet culturel pour un enfant majeur et désireux de vivre de son travail d’artiste (musicien, en l’occurrence) ?
    Merci de votre retour

    Panicette / 6 juin 2017 - 18h34

    • Avatar

      Bonjour, notre projet est concentré sur l’aide au financement lors d’un parcours d’études (frais, matériel, déplacement pour un stage, …). Le porteur de projet doit avoir le statut d’étudiant.
      Bonne journée

      Christophe Responsable de projet / 7 juin 2017 - 10h02

  • L’éducation et les études sont affaires de l’état (donc de tous les citoyens) et non des assurances ou mutuelles. Je suis totalement contre ce projet. Depuis que les plateformes de financement participatif fleurissent, l’état et les collectivités territoriales se désengagent de plus en plus de leur soutien notamment aux associations. Quant aux banques, n’en parlons même pas.
    La Maif outrepasse son rôle; je ne soutiens pas.

    Rasta / 6 juin 2017 - 18h34

    • Nous sommes en démocratie et le fonctionnement des pouvoirs publics ne fait donc que refléter l’état d’esprit majoritaire dominant. Si « l’état et des collectivités se désengagent de plus de en plus » comme vous dites, ce n’est que parce que la majorité des gens ne veulent plus payer d’impôts ni contribuer à quelque effort commun que ce soit ; bref parce que l’état d’esprit majoritaire dominant est à l’individualisme exacerbé porté par l’exemple du « MOI » étalé partout et de la réussite clinquante qui va avec.

      Il ne faudrait pas que l’on vienne maintenant en plus reprocher à ceux qui souhaitent privilégier d’autres valeurs de se rassembler pour affirmer autre chose.

      Dans un contexte qui me semble peu reluisant, bravo à la MAIF pour cette intéressante initiative qui est au surcroît porteuses de belle vertus éducatives : notre avenir, c’est nos jeunes !

      Olivier / 7 juin 2017 - 13h39

  • Je trouve cette initiative heureuse: la solidarité, la formation des jeunes, une aide financière…Ce sont là de puissants ressorts pour tenter de changer notre vie…J’approuve entièrement…même si en arrière -plan, il est permis de s’interroger sur le rôle de l’état dans ce domaine…En fait-il assez? Les ministres qui se succèdent sont-ils les plus efficaces et les mieux informés à propos de la grande maison qu’ils sont censés conduire?

    Josette Rosemberck / 6 juin 2017 - 18h16

    • Vous parlez des enfants, c’est bien mais quand les enfants ne peuvent pas subvenir pour cause de handicap, AAH en dessous du seuil de pauvreté, qu’en est-il des petits-enfants? Notre petite-fille a une bourse à l’Université de Strasbourg; elle doit faire un stage en République Tchèque obligatoire car il sera noté, comment assurer les frais de transport?

      GILLES / 6 juin 2017 - 18h42

  • C’est sympa, c’est à la mode,ça remue du vent et des bons sentiments et on ne va pas au fond.
    C’est le roman de la recherche des emplâtres sur des jambes de bois.
    Si on en est là……!

    pierlu / 6 juin 2017 - 18h06

  • La formation de nos jeunes doit être assurée par l’état sans exclusion. (riche ou pauvre)
    C’est l’investissement sur le futur pour une progression dans tous les domaines, techniques, scientifiques et culturels.
    Ce n’est en aucun cas l’affaire de quelques un.

    Claude / 6 juin 2017 - 17h55

  • Dommage de lire des commentaires émanant de personnes qui n’ont pas saisi les enjeux nouveaux du financement participatif, qui vise à encourager les dons spontanés de ceux qui en ont les moyens ou la volonté. Il n’est en aucun cas question de contraindre à un financement, et il est heureux que la MAIF joue un rôle de mise en relation des bonnes volontés. Ni business, ni contrainte, peut-être juste une nouvelle philosophie : l’entraide.

    emma / 6 juin 2017 - 17h54

    • Avatar

      Bonsoir,
      Notre intention est bien que cette plateforme soit un moyen d’expression de la solidarité entre sociétaires. Comme vous le soulignez dans votre commentaire, il s’agit d’une mise en relation entre membres d’une même communauté. Ce sentiment d’appartenance à la « communauté MAIF » s’exprime très souvent au travers des différents messages postés sur ce blog.
      A bientôt.

      Aude animatrice du blog / 7 juin 2017 - 19h06

  • Très belle initiative que de contribuer à l’avenir d’un enfant afin qu’il atteigne son but dans la vie. Les études de nos jours sont très chères. Cette plateforme permettra de renforcer et favoriser les échanges et la relation humaine en général.

    Lamia / 6 juin 2017 - 17h28

  • Les retraités sont de plus en plus mis à contribution et ceci depuis plusieurs années, et ça va continuer. Je privilégie l’aide à mes enfants et à ma famille.

    Grenèche / 6 juin 2017 - 17h25

  • le projet doit avant tout aider les étudiants , mais dans ce cas la relation aidant aidé ne doit pas être anonyme , la solidarité doit renforcer les relations humaines entre les humains y compris les jeunes et les vieux , les un peu pauvres et les pas trop riches .
    échanger n’a jamais rendu idiot

    Lescure / 6 juin 2017 - 17h09

  • J’avais déjà fait part sur ce même endroit de ma connaissance d’une plateforme de dons sans contrepartie et qui permet à chacun et donc aux étudiants de déposer leur projet et animer leur réseau en relation permanente avec la communauté. Objectif: financer le projet en question grâce aux dons générés par la communauté. Pas de délais imposés, par de dette, pas de prêt, pas d’emprunt ..L’intégralité des dons sont reversés aux projets. Aucune commission. Seulement 25€ de frais au moment du dépôt du projet. Et c’est tout!

    LACROIX Francis / 6 juin 2017 - 16h09

  • Jetrouve choquant qu un assureur comme la maif puisse demander à ses sociétaires de bien vouloir prêter à des etudiants , alors que c’est avant tout le role de la maif

    perrin dominique / 6 juin 2017 - 15h58

    • Je suis bien de cet avis mais dans le temps la maif était une association de l’enseignement. Maintenant la Maif c’est un bisness comme beaucoup d’association. Je me souviens que dans le temps il y avait des prêts d’honneur qui était fait maintenant c’est l’assuré qui doit payer.

      Louis / 6 juin 2017 - 17h04

    • En fait, s’il s’agit d’un prèt, le risque est pris en direct par le généreux sociétaire internaute…Dans le cas d’un prêt Maïf, ce sont tous les sociétaires qui trinquent sans doute. En cas de dons, on sait d’avance ne pas être remboursés mais cela limite les contributeurs aux proches.
      L’idée est-elle de transférer les risques ? Quelle garantie pourrait offrir l’étudiant ?

      Lola / 6 juin 2017 - 16h20

    • Avatar

      Bonjour, avec cette plateforme, MAIF propose un moyen d’expression de la solidarité entre les membres de sa communauté. Par ailleurs pour les campagnes de prêts, il sera demandé aux étudiants d’apporter une garantie de remboursement (caution).
      Bonne journée

      Christophe Responsable de projet / 7 juin 2017 - 09h44

  • Le type d’école est important:ex:toute les ecoles sup. de commerces(y comprises les 2 ou 3 dépendantes des universités comme celle de Nancy) sont payantes et trés chères et n’ont de prestige qu’a la position sociale des parents (ou le désir d’appartenance de ces derniers) .Les universites offrent a cout nettement moindre des connaissances au moins égales(mastére) ou supérieures(doctorat).nous n’avons pas a favoriser ce genre d’ecoles que l’on trouve dans presque tous les domaines a queques exceptions près(kiné…) Au total c’est une idée intéressante,mais attention!

    gabriel gerard / 6 juin 2017 - 15h48

  • Très belle initiative. Surtout pour les étudiants dont les parents font partie de la classe moyenne.

    jojo971 / 6 juin 2017 - 15h43

  • C’est une bonne initiative. Je pense que j’y partciperai. Il faut que les bénéficiaires remboursent tout ou partie de leur financement. Quid des bénéficiaires qui renonceraient à poursuivre leurs études ?.

    surdel, 491 297 P / 6 juin 2017 - 15h41

    • Merci de vos précisions. Le projet est donc ouvert aux commentaires sans être présenté dans son entier ! Il y aurait donc des contreparties à apporter pour l’étudiant. Cependant moi qui donne déjà sur Alvarum sur ce modèle je confirme que cette forme de dons reste dans des montants modestes, qui ne seraient qu’une contribution partielle à des études et ne les finaceraient pas, sauf rares exceptions.
      Par contre quelles garanties seraient apporter par l’étudiant pour le remboursement d’un prêt ? La encore rien de précisé.
      Votre partenariat avec Ulule est exclusif ? Il s’agit d’une plateforme généraliste alors que Chuilla est positionné en spécialiste dans son domaine de la culture et de l’art !
      Ulule est sociétaire ? Vous lancez ce projet avec eux ? Il serait bien de soumettre une information complète aux sociétaires !
      Je reste à votre disposition en mode privé ! 🙂

      Chuilla / 7 juin 2017 - 09h56

    • Avatar

      Bonsoir,
      Nous avons souhaité présenter en avant-première à nos sociétaires les plus fidèles cette future plateforme de financement participatif.
      Christophe qui est en charge de ce projet a répondu sur la mécanique de financement, notamment sur la contrepartie. Concernant vos questions sur Ulule, nous pouvons échanger dès demain en privé, comme vous le proposez 😉
      Très bonne soirée.

      Aude animatrice du blog / 7 juin 2017 - 18h45

    • Avatar

      Bonjour, en cas de réorientation de leur projet, les étudiants restent engagés par un contrat de prêt envers leurs prêteurs. Ce ne sera pas le cas pour les campagnes de don.
      Bonne journée

      Christophe Responsable de projet / 7 juin 2017 - 09h30

    • Oui mais il faut que ce chacun est les moyens c’est bien loin d’être le cas !!

      Louis / 6 juin 2017 - 17h07

  • Belle initiative. Que chacun apporte sa goutte d’eau et la société n’en sera que plus belle.

    Claude / 6 juin 2017 - 15h29

  • Le financement participatif…nous sommes pour dans l’équipe CHUILLA (J’suis là) ! Et pour cause, c’est notre activité, mais dédiée à l’art, la culture, le patrimoine vivant. https://www.chuilla.fr.
    Je suis sociétaire et à l’écoute des projets des jeunes…cependant qui va financer les études de nos enfants sinon leurs proches ? Il s’agira la d’une collecte plus que d’un projet rassembleur. Le financement participatif demande un relationnel, celui des étudiants est limité, ou peu fortuné.
    Les campagnes qui marchent offrent des contreparties…que proposeront les étudiants ?! Quel montant espérer ? Le 500€ classique des collectes ne financera pas de grandes études ! De plus ne négligez surtout pas l’investissement personnel en communication que demande une campagne de financement participatif… Vos enfants vont « se vendre » sur les réseaux sociaux ? Le mécénat participatif, oui, pour financer ses études…je reste sur une grande réserve. Déjà que certains ressentent une sorte de honte à lancer des campagnes de dons…comment vont se positionner les parents dans ce genre de démarche ?
    On ne peut pas mettre le financement participatif à toutes les sauces !
    Pour le reste des projets culturels…soutenez déjà vos sociétaires et les plateformes existantes…non ?

    CHUILLA / 6 juin 2017 - 15h21

    • Avatar

      Bonjour, merci pour vos réflexions. En contrepartie d’une campagne de dons réussie, les étudiants s’engagent pour une action envers une association (sportive, caritative,culturelle, humanitaire, ….).
      Pour information, MAIF soutient des projets associatifs, en partenariat avec Ulule, que vous pouvez retrouver sur cette page : https://fr.ulule.com/maif/#projects/supported/2.
      Bonne journée

      Christophe Responsable de projet / 7 juin 2017 - 09h25

  • Très bonne initiative! Je ne pense pas que je pourrais financer entièrement un étudiant mais je pourrais participer à une création du fond. Un étudiant a besoin de 12-15k€ (au moins c’est le montant de la bourse perçue par les thésards que je connais). Il suffi que 100 sociétaires déboursent 150€ pour financer bien un étudiant. Après, pour rendre les jeunes plus responsables il est tout à fait possible de réclamer un remboursement (partiel ou totalité selon le parcours éducatif et professionnel) cela permettrait de fiancer un autre étudiant.

    Anton / 6 juin 2017 - 15h13

  • C’est une très belle idée!

    Sylvie M / 6 juin 2017 - 14h49

  • Désolée mais les études de mes 3 enfants ne me laissent pas de marge pour en financer un 4ème. Il faut militer pour la gratuité des études car les prêts étudiants sont dangereux pour l’avenir des bénéficiaires.

    Christine / 6 juin 2017 - 14h11

    • Je ne comprends pas qu’une mutuelle comme la vôtre puisse laisser de tels commentaires aussi orientés que celui de « Erig / 6 juin 2017 – 14h25″ :
       » A moins qu’on ne commence à cesser de payer pour ceux qui abusent de la solidarité nationale, et ils sont nombreux… Mais cela nous obligerait à abandonner un discours convenu, et ces tonnes de poltiquement correct qui empêchent de désigner les vrais problèmes… »
      Si on prône la solidarité, on ne peut pas se permettre ce genre de commentaires : nous ne sommes pas dans une tribune politique !!!.
      Sentiments mutualistes;

      Blues76 / 6 juin 2017 - 14h46

    • Avatar

      Bonjour,
      Je vous confirme que ce blog, qui est un espace conversationnel réservé à nos sociétaires les plus fidèles, dispose d’une charte de modération.
      Entre autres, les propos à tendance politique ne rentrent pas dans le cadre de cette charte et peuvent être amenés à se voir « dépublier ».
      Au plaisir de vous lire sur le blog.

      Aude animatrice du blog / 7 juin 2017 - 18h36

  • Bonjour

    Cette idée, participe du besoin fondamental du Retour Aux VRAIES Relations Humaines, Fraternelles..
    Il conviendrait , de remettre en vigueur ,d’extrême Urgence, des Hommes et des Femmes entre les chaînes des circuits froids, anonymes, de l « informatique », qui ont pris une démesure ,laquelle in fine,est préjudiciable à Tous.

    luci2 / 6 juin 2017 - 13h42

Que fait la MAIF de vos données personnelles ?
Commenter un article
Votre adresse email ne sera pas publiée.
Elle pourra être utilisée pour vous prévenir qu’un interlocuteur MAIF a répondu à votre commentaire sur cette page.
Consulter notre charte de contribution.
Partager un article
Les données à caractère personnel recueillies ne seront utilisées que pour faire parvenir l'article, de votre part, à son destinataire.
Poser une question, nous contacter et tenez-moi au courant
Les données à caractère personnel recueillies ne sont utilisées que pour la prise en compte de votre demande.
Exercice de vos droits d'accès, de rectification, d'opposition et de suppression
Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition et de suppression que vous pouvez exercer à tout moment auprès du Secrétariat général de la MAIF, CS 90000, 79038 Niort cedex 9 ou sec-general@maif.fr.
Oups, cette fonctionnalité est reservée aux utilisateurs connectés. Vous pouvez vous connecter en cliquant ici